Le raffut des médias n’est vraiment pas propiceà l’investissement immobilier. Entre la narration autour d’un président de la république qui serait « anti-immobilier » et l’obsession à se focaliser sur les désolantes nouvelles sans voir les bonnes, le placement immobilier, particulièrement locatif, vit une drôle de période. Il faut prendre de la hauteur et ne pas se laisser troubler par le bruit médiatique par nature anxiogène. Le moment est extra pour investir dans l’immobilier et quand chaque personne en sera persuadé, il sera trop tard ! Mais gare, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi ! Malgré la conjoncture propice, il faut rester prudent. Pour un logement, favorisez la proximité des transports, des écoles et des établissements. Accordez votre investissement aux particularités du domaine. En centre-ville, préférez les petites surfaces convoîtées des étudiants et des jeunes paires. Dans les banlieues résidentielles, a contrario, favorisez les grands appartements ou les maisons, des biens demandés par les individus. En immobilier commercial, le lieu est la clé du succès d’un engagement . Une boutique ne sera pas vide longtemps si elle est bien positionnée. Analysez la pertinence de la partie de chalandise : facilité d’accès et de stationnement, attractivité des établissements aux alentours, visibilité d’une enseigne capable de conquérir un flux d’acheteurs ( un hypermarché, par exemple ).

Côté chiffres



Acquérir un appartement neuf pour le louer, via un prêt immobilier, c'est une épargne ouvrant sur une rente. Un investissement immobilier locatif correspond à également un patrimoine transmissible à ses descendants. Même si certains placements permettent du rendement dans la durée, l’immobilier est beaucoup plus endurant face aux crises financieres. L’instabilité courante de l’économie mondiale convie l’ensemble des hommes d'affaires à se méfier de la finance et des placements boursiers. Ces placements à danger sont moins plébiscités par les français que les financements sans risque qui permettent de recueillir, à la sortie, au minimum le nécessaire investi. La grande majorité des placements immobiliers demeurent des financements dont le rendement, la sécurité et l’attractivité sont garantis. C’est pourquoi placer son argent dans la pierre reste une valeur certifiée. II faut préserver en tête que des frais annexes s’ajoutent lors de l’achat d’un bien foyer neuf, comme la taxe foncière ( à la suite de 2 ans d’exonération offerte ) et les droits de mutation. Comparé aux obligations d’Etat sur 10 ans ( OAT ) qui donnent 0, 6 % et aux assurances-vie en € qui fournissent 2, 5 à 3 %, l’immobilier est, de nos jours, l’actif qui donne le meilleur ratio risque/rendement. il est intéressant de bénéficier de l'aspect de levier du crédit. Actuellement, il est possible d' emprunter à des ratio autour de 2, 5 % pour Faire l'acquisition d' des agissants de qualité qui donnent entre 3 et 6 %. Les sommes couvrent alors la totalité des applications et peuvent permettre même d’amortir le bien. Très bonne nouvelle, les ratio ne devraient pas augmenter… a contrario. Avec la politique menée par la Banque centrale européenne, les taux devraient rester très bas et, certainement, encore décroître. La barre des deux % peut être gravie dans les mois qui viennent. Autre facteur propice à l’investissement, les prix directs des logements sont en baisse. Ils ont diminués dans la majorité des grandes municipalités de province. Les tarifs ont atteints leur niveau de 2007. En précédente, un appartement neuf se vendait en moyenne autour de 5000 €/m² contre 3500 €/m² pour l'ancien. Dans l’ancien, les services est plus vaste que dans le neuf. Un financement dans l’ancien ramène, en moyenne, dequatre à six %, avant taxes. L’ancien à retaper vous propose de diminuer vos taxes. Cet avantage n’entre pas dans le plafond des niches fiscales ( limitées à 10. 000 euros chaque année ). En effet, réaliser des opérations dans un bien locatif permet de vous produire une perte foncier. Vous pouvez, l’année de leur réalisation, débattre jusqu’à 10. 700 € sur votre revenu global. Le solde éventuel est déductible de vos salaires fonciers sur les dix années suivantes.

Les taux d’intérêts des crédits immobiliers sont vraiment excessivement faibles au regard de leur niveau naturel.





Les ratio d’intérêts sont faibles, ça ce n'est pas un secret et nous vous le répétons depuis des années désormais. Toute fois, ce n’est pas tant la faiblesse des taux d’intérêt qui est la réelle origine d’opportunité, mais leur degré incroyablement faible au regard de leur ratio naturel, c’est à dire du niveau auquel ils devraient être dans une pareille conjoncture économique ( augmentation, croissance, … ). En conséquence, le ratio de crédit immobilier est actuellement très inférieur au pourcentage de croissance nominal de l’économie. L’économie devrait grandir au taux nominal de 2. 62% en 2018 ( inflation ) alors qu’il est possible de s’endetter à 1. 20% sur 20 ans. En d’autres mots, l’investisseur efficace sur la capacité de l’économie à sortir durablement de situation délicate dans laquelle nous sommes depuis 10 ans, devra saisir cette opportunité exceptionnelle. Votre crédit maison sera remboursé par la croissance nominal de l’économie ! N'oubliez-pas le discours des investisseurs des années 80, qui vous déclarent que c’est l’inflation qui a dédommagé leur crédit habitat. Nous sommes peut-être dans une situation semblable aujourd’hui ! Les ratio d’intérêts négatif ( taux d’emprunt inférieur au pourcentage de croissance nominal de l’économie ) sont une opportunité dont il faut avoir conscience ! Cette conjoncture est mémorable et incroyablement propice à l’emprunteur immobilier. Il faut prendre de la hauteur, réaliser de cette conjoncture très propice sur une longue période et investir dans l’immobilier pour se constituer aujourd’hui un patrimoine habitat dans des conditions très favorables. Entré en vigueur le 1er septembre antérieure, le dispositif Pinel attirera certainement encore plus que son prédécesseur, le Duflot. Effectivement, quand bien même la trame est similaire ( vous disposez d’une réduction d’impôts pour l'acquisition d’un lieu de résidence neuf que vous vous engagez à louer pour une période assurée en respectant des plafonds de ressources des occupants et des maxima de sommes, mobiles en fonction de la partie géographique du bien et de sa surface ), le Pinel est plus flexible. Ainsi, la promesse locative peut être de six, 9 ou 12 ans, assorti d’une diminution d’impôts corrélatifs de douze, 18 ou 21 % du montant de l’investissement ( précédemment 9 ans et 18 % d’avantage fiscal ). Il vaut mieuxt optimiser la souplesse accordée par la loi et commencer prendre un engagement sur 6 ans pour ensuite recommencer, deux fois de suite, sur un engagement triennal», conseille Olivier Rozenfeld, président de Fidroit, société très qualifié dans le conseil en valorisation patrimoniale. Si vous avez effectué votre démarche Pinel depuis le 1er janvier, vous pouvez mettre en location à vos ascendants ou descendants. La possibilité de louer à ses chérubins en gardant l’avantage fiscal est un signal astucieux administré par le législateur. Bien réalisée, une manoeuvre Pinel peut rapporter 3, 5 %, avant comptabilité.